Le Réseau européen des organisations de base des Roms (ERGO) condamne fermement la récente attaque néonazie contre un camp de Roms qui a eu lieu le 21 avril à Lysa Hora, en Ukraine, dispersant et mettant le feu aux tentes des familles roms. L'enquête criminelle sur la dispersion violente a été lancée après des jours de négligence et de dénégation invraisemblable de la part des forces de police de Kiev, ce qui constitue un autre exemple d'antitsiganisme pur.

En tant que réseau international rom et pro-Roma avec 28 organisations membres de toute l'Europe plaidant pour de meilleures politiques pour les Roms et luttant contre l'antitsiganisme, nous croyons qu'il est de notre devoir d'intensifier et d'appeler les acteurs suivants à prendre des mesures rétablir le fonctionnement et les institutions démocratiques, faire respecter les droits fondamentaux des Roms et exprimer nos préoccupations préoccupantes liées à l'activisme d'extrême droite.

Nos revendications sont listées comme suit:

1. ERGO Network demande instamment au président Petro Porosenko et au gouvernement ukrainien de dénoncer l'attaque d'extrême droite ciblée et les éventuelles attaques similaires contre les Roms, condamnant toutes les formes de préjugés, de violence et d'idéologies d'extrême droite qui menacent les Roms.

2. La condamnation publique de la négligence et de l'omission de la police et l'appel en faveur de procédures et d'enquêtes juridiques transparentes, impartiales, objectives et assorties de délais. Nous prétendons mener une enquête appropriée qui respecte la règle de droit, ainsi qu'un traitement juste et équitable et d'autres principes fondamentaux.

3. ERGO Network appelle les autorités ukrainiennes et les organisations internationales non gouvernementales à surveiller plus efficacement les émeutes, marches, rassemblements et autres manifestations d'extrême droite, extrémistes et néo-nazis, ainsi que toutes les autres formes d'activités et de mouvements (en ligne et hors ligne) représenter une menace, dénoncer, attaquer verbalement ou physiquement, violer ainsi les droits humains fondamentaux du peuple rom.

4. ERGO Network demande à l'Union européenne de renforcer sa position en condamnant l'attaque néonazie ukrainienne contre les Roms, ainsi que les violations des droits de l'homme et l'antitsiganisme qui sont très présents en Europe. 

Source : ergonetwork 02/05/218 - Bruxelles, Belgique

IN ENGLISH :

02/05/218 – Brussels, Belgium

The European Roma Grassroots Organizations (ERGO) Network strongly condemns the recent neo-Nazi attack against a Roma camp that took place on April 21 in Lysa Hora, Ukraine dispersing and setting fire to Roma families’ tents. The criminal investigation of the violent dispersal has been initiated after days of negligence and implausible denial by Kyiv police forces, which is yet another example of pure antigypsyism.

As an international Roma and pro-Roma network with 28 member organizations from all over Europe advocating for better policies for Roma and fighting against antigypsyism, we believe it is our duty to step up and call on the following actors to take further steps and measures to restore democratic functioning and institutions, to enforce the fundamental rights of the Roma people and to express our worrying concerns related to extreme right wing activism.

Our claims are listed, as follows:

1.     ERGO Network urgently calls on President Petro Porosenko and the Ukrainian government to speak out against the targeted far right attack and potential similar attacks on Roma, condemning all forms of bias motivation, violence and extreme right ideologies threatening Roma people.

2.     The public condemnation of police negligence and omission, and the call for transparent, impartial, objective and time-bound legal procedures and investigations.  We strongly claim to conduct proper investigation that complies with the rule of law, as well as fair and equal treatment and other fundamental principles.

3.     ERGO Network calls on the respective Ukrainian authorities and international non-governmental organizations to more effectively monitor far right, extremist, and neo-Nazi riots, marches, gatherings and all other forms of activities and movements (online and offline) that are able to pose a threat, denounce, verbally or physically attack, thus violate the fundamental human rights of the Roma people.

4.     ERGO Network calls for the engagement of the European Union to have a stronger position in condemning the Ukrainian neo-Nazi attack against Roma, as well as human rights violations and antigypsyism that is very much present in Europe.